null Une infinité de plans pour découvrir Enkarterri


Des montagnes mythiques, des villages charmants, un patrimoine artistique unique, des voitures de rêve, des animaux sauvages et même des dinosaures font d'Enkarterri l'un des endroits les plus spéciaux de Bizkaia.

Le sanctuaire de la Vierge du Buen Suceso, lieu de pèlerinage et de festivités, est la porte d'entrée de Karrantza, où le Parc Naturel d’Armañón nous accueille avec un imposant paysage karstique dans lequel vallées et pics calcaires se succèdent, créant un microclimat unique dans cette région. Ces particularités ont permis l'épanouissement d'espèces végétales plus typiques du climat méditerranéen, comme dans la chênaie de Sopeña, sur les pentes du mont Armañón, un environnement où les aigles, les vautours et même certaines espèces de chauves-souris en voie de disparition dominent le ciel.

Et sous terre, plus de 200 grottes et gouffres s'ouvrent à vous. Parmi elles se distingue la Torca del Carlista, considérée comme la plus grande d'Europe et réservée aux experts en spéléologie. Mais la plus emblématique d'entre elles est sans aucun doute la grotte de Pozalagua, un authentique chef-d'œuvre créé au cours de millions d'années par l'eau filtrant à travers les fissures de la roche. À l'intérieur, dans une salle de 125 mètres de long, stalactites et stalagmites, dont certaines sont aussi épaisses que d'énormes colonnes avec des formes des plus spectaculaires. Mais si elle est connue comme la cathédrale souterraine, c'est pour sa concentration de stalactites excentriques, un phénomène unique qui les amène à tourner et s'élever en défiant la gravité.

Les animaux sauvages ont également leur place à Karrantza. Plus précisément, à Karpin Abentura, un refuge où sont recueillis et soignés les animaux qui ne peuvent plus être renvoyés dans leur habitat naturel. Panthères, lynx, ours, loups, singes, kangourous, oiseaux... et jusqu'à 55 espèces d'animaux peuvent être observées à Karpin Abentura pour sensibiliser à la nécessité de prendre soin d'eux et de leur environnement. Et, pour terminer la visite, rien de tel que de découvrir des reproductions grandeur nature des dinosaures les plus populaires et d'apprendre leurs habitudes auprès de guides experts en paléontologie.

Le mont Kolitza, l'une des cinq montagnes sonnantes d'où étaient convoquées les Assemblées Générales, domine Balmaseda, la première ville fondée en Biscaye en 1199, centre du commerce entre le plateau castillan et la mer Cantabrique. Aujourd'hui encore, elle conserve une grande partie de son héritage médiéval, comme le Pont Vieux ou le Pont Muza du XIIIe siècle, et un énorme patrimoine monumental, comme l'église gothique de San Severino, l'Ensemble Monumental de Santa Clara, les palais baroques et l'hôtel de ville, connu sous le nom de "Mosquée" en raison de son air mudéjar. Dans ce village, le Musée Boinas La Encartada, protagoniste de l'industrialisation du secteur textile au XIXe siècle, est aujourd'hui un musée de l’Industrie et du célèbre béret basque.

Lanestosa, la plus petite commune de Bizkaia, est un autre des villages de l'Enkarterri où le temps semble s'être arrêté. Avec d'élégants palais et demeures sur les côtés, les rues pavées parallèles à la rivière Calera conservent leur tracé depuis sa fondation au 13ème siècle en raison de sa position stratégique pour le commerce, avec le Pont Vieux et le Four Calero comme points d'intérêt.

Sopuerta a également été un lieu très important dans l'histoire de l'Enkarterri et de Bizkaia, notamment pour avoir abrité la Maison d’Assemblées d’Abellaneda, un lieu où se réunissaient les représentants des municipalités d'Enkarterri et un symbole des libertés dont ils jouissaient dans cette région, qui avait sa propre charte. Le bâtiment abrite actuellement le Musée de las Encartaciones, un échantillon de la vie en Enkarterri au fil des siècles.

À quelques kilomètres de là, à Galdames, vous pourrez admirer la plus grande collection privée de Rolls-Royce d'Europe. L'incroyable musée Torre Loizaga expose dans une forteresse du 12e siècle, en parfait état, tous les modèles fabriqués entre 1910 et 1998 par la marque de luxe britannique, ainsi que d'autres joyaux automobiles : des classiques des marques Hispano-Suiza, Isotta Fraschini, Delaunay-Belleville ou Ford, ainsi que des voitures de sport Ferrari, Lamborghini ou Jaguar.

Le minéral qui a été extrait des Monts de Fer a laissé sa marque en Enkarterri. L'industrie du fer a débuté il y a des siècles dans cette région, où les berges des rivières étaient peuplées de forges dans lesquelles le métal extrait des montagnes voisines était transformé. Dans la Forge el Pobal, à Muskiz, construite au début du XVIe siècle, vous pourrez voir en direct comment la rivière Barbadún est encore le moteur qui alimente le feu et les machines pour dompter le fer et le transformer en clous, outils, instruments ou armes.

Une autre des références minières de l'Enkarterri est le Musée de la Mine du Pays Basque,, qui abrite une vaste collection d'outils miniers collectés dans la région, exposés de manière éducative et ludique. Le musée est situé juste au-dessus de l'un des énormes cratères laissés par l'exploitation minière d'Abanto-Zierbena, celui de la mine Concha II, et à quelques kilomètres du hameau minier de La Arboleda, que l'on peut rejoindre en empruntant le funiculaire de La Reineta pour découvrir les anciens sites d'exploitation à ciel ouvert, aujourd'hui reconvertis en petits lacs. À Ortuella, on trouve également des témoins du passé minier de la région, comme le four à sidérite de type Apold-Fleisner utilisé pour enrichir le minerai, un four de calcination ou le district minier de La Orconera.

La Voie Verte Monts de Fer, sur laquelle circulaient les trains chargés de minerai depuis Traslaviña, à Artzentales, traverse l’Enkarterri sur 42,5 kilomètres, à côté des vestiges d'exploitations minières, de fours de calcination et de quais de chargement, jusqu'à atteindre la mer à côté de l'ancien quai de chargement de minerai de Kobaron, à Muskiz.

Elle rejoint la Voie Verte d’Itsaslur, un itinéraire spectaculaire d'un peu plus de 2 kilomètres le long des falaises de la côte cantabrique, entre les vestiges de l'industrie minière et la plage de La Arena, où l'on peut encore voir les fondations de ce qui fut le plus long tramway aérien d'Europe. De l'autre côté de la plage, près du charmant port de pêche de Zierbena, se trouve Punta Lucero, un point d'observation offrant des vues privilégiées sur la côte et où l'on trouve encore des vestiges des anciennes fortifications défensives qui gardaient l'entrée de la Ría du Nervión.

Parcourez l’Enkarterri en suivant le Chemin de Saint-Jacques le long de la Côte ou de la Montagne, goûtez les nombreux et excellents Txakolis élaborés dans la région, dégustez des pots au feu de haricots cuits dans une marmite à la manière des cheminots du XIXe siècle, profitez de la nature dans les Monts d'Ordunte ou de Triano, montez sur le Ganekogorta ou le Pagasarri depuis Alonsotegi, admirez les maisons construites par les Indianos à Gordexola ou Güeñes, découvrez comment ils vivaient dans les fermes typiques de Turtzioz ou de Valle de Villaverde, remontez jusqu'au IVe siècle avant J.-C. dans le Camp fortifié de Bolumburu ou bien dans le complexe monumental de Bolumburu à Zalla, ou encore venez apprécier le spectacle de la Passion vivante à Balmaseda.

Il y a toujours une bonne raison pour se rendre en Enkarterri.